Skip to content
A la grâce de Dieu
24-05-2020
Facebook!  Partager sur Twitter
 
Le Relais de la Poste aux Chevaux de Launoy était une dépendance des Messageries Royales, ouvert de jour et de nuit au trafic des voyageurs et des marchandises. La porte charretière Nord est d’ailleurs surmontée de la loge du guetteur qui était chargé de la surveillance de nuit et de la réception des attelages attardés par des avaries. Une coursière était aménagée dans les combles pour lui permettre de passer d’une porte à l’autre, surveillant ainsi l’extérieur et l’intérieur du bâtiment.
 
L’importance de la halle aux diligences, le nombre des écuries, les proportions des greniers à foin, des réserves à grain, les dimensions des deux hautes portes charretières, l’imposante demeure du Maître de Poste dotée d’une table d’hôtes et surmontée de ses chambres pour voyageurs… sont le vivant témoignage d’une intense activité.Les convois qui empruntaient la Voie Royale 51, actuelle RD3, étaient en proie aux difficultés de route par monts et par vaux avec ses pénibles côtes et descentes. D’où les bornes chasse-roues du lieu-dit Mérale, appelées les 24 bornes installées par Mr Potier, Maître de Poste, pour éviter la chute des équipages dans le précipice.
 
Autre difficulté de l’époque…  Barbe en Croc, ce bandit de grand chemin, ce détrousseur de diligences, terreur des voyageurs au lieu-dit qui porte son nom. Les voyageurs d’alors n’avaient qu’une hâte : arriver à bon port à l’accueillante hostellerie du Relais de Launoy. Sachez que les factures de messageries commençaient par ”à la grâce de Dieu" présageant de l’insécurité du transport.

posteauxchevaux.com, 2020




jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

   

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir  

                                                              
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Pas eu le courage

« A l'Ambos Mundos, chambre 511. C'est là que j'ai écrit Pour qui sonne le glas . Vous l'avez lu ? — Non ». Hemingway ne se formalisa pas. « Je n'ai pas eu le courage de retourner à ma maison d'avant », poursuivit-il. Christophe Lambert, [ ... ]
Elle sort sur son balcon

Stendhal avait jeté un coup d’œil sur Germaine Necker [de Staël, ndlr] à Auxerre où ils avaient eu des chambres contiguës à l’hôtel Léopard. Lorsqu’une foule s’assemble pour la fêter, elle sort sur son balcon tout près de Stendhal. Victor Del Litto et [ ... ]
Le soir, en face

La seule adresse permanente de Saint-Exupéry dans les années trente fut le carrefour de la rue de Rennes et du boulevard Saint-Germain. L'après-midi on le trouvait aux Deux-Magots, le soir, en face, chez Lipp. Il y fixait ses rendez-vous. Dominique Lablanche, ‎Stacy de La Bruyère, ‎Françoise Bouillot, Sai [ ... ]