Skip to content
25 francs
06-12-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le 3 décembre 1851, lendemain du coup d'Etat du futur Napoléon III, des députés se rendent sur une barricade proche de la place de la Bastille en vue de parlementer avec la troupe. Les tenants de la barricade les plaisantent : « Croyez-vous que nous allons nous faire tuer pour vous conserver vos vingt-cinq francs par jour ? » lancent-il à propos de l'indemnité parlementaire, jugée insuffisante par les élus et excessive par l'opinion publique. Alphonse Baudin, député de l'Ain, monte sur la barricade et leur crie : « Vous allez voir comment on meurt pour vingt-cinq francs ! »

Et il se prend une balle qui le blesse mortellement.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Un siècle après

Propriétaires, locataires, Etat : l’antagonisme ne date pas d’hier. Le 14 août 1914, un décret institue un moratoire sur le payement des loyers par les locataires mobilisés. La disposition est ensuite étendue à l’ensemble des ménages modestes, de sorte que 90% des locataires ne payent plus de loyers. Le d&eac [ ... ]
Habillages

Sous l'expression window dressing , le monde financier vise l'ensemble des opérations financières et des écritures comptables destinées à embellir les comptes d'une entreprise à leur date de clôture. Par des voies plus ou moins sophistiquées, le window dressing revient généralement à repo [ ... ]
Allégories

Les caricatures de Daumier ont contribué à la chute de Louis-Philippe et fait de l'artiste l'un des symboles du combat républicain sous la monarchie de Juillet. A la mi-mars 1848, trois semaines après la révolution, le gouvernement souhaite que le nouveau régime soit incarné par une figure allégorique. Un concours est [ ... ]