Skip to content
25 francs
06-12-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le 3 décembre 1851, lendemain du coup d'Etat du futur Napoléon III, des députés se rendent sur une barricade proche de la place de la Bastille en vue de parlementer avec la troupe. Les tenants de la barricade les plaisantent : « Croyez-vous que nous allons nous faire tuer pour vous conserver vos vingt-cinq francs par jour ? » lancent-il à propos de l'indemnité parlementaire, jugée insuffisante par les élus et excessive par l'opinion publique. Alphonse Baudin, député de l'Ain, monte sur la barricade et leur crie : « Vous allez voir comment on meurt pour vingt-cinq francs ! »

Et il se prend une balle qui le blesse mortellement.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]