Skip to content
25 francs
06-12-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le 3 décembre 1851, lendemain du coup d'Etat du futur Napoléon III, des députés se rendent sur une barricade proche de la place de la Bastille en vue de parlementer avec la troupe. Les tenants de la barricade les plaisantent : « Croyez-vous que nous allons nous faire tuer pour vous conserver vos vingt-cinq francs par jour ? » lancent-il à propos de l'indemnité parlementaire, jugée insuffisante par les élus et excessive par l'opinion publique. Alphonse Baudin, député de l'Ain, monte sur la barricade et leur crie : « Vous allez voir comment on meurt pour vingt-cinq francs ! »

Et il se prend une balle qui le blesse mortellement.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Edito

L'esprit de Genève

Lorsque l'assemblée de la Société des Nations décide de se saisir d'une question, elle désigne une commission ou un comité et affecte un budget. Au cours de sa brève vie, la SDN multiplie ces instances sur des sujets divers, parfois politiques, le plus souvent techniques. Le processus de gouvernance est le même quel que [ ... ]
La chaussure : une cause nationale

Les produits de première nécessité ne se limitent pas au logement, à l'eau, au chauffage et à l'alimentation. Dans l'opinion publique, les vêtements, les chaussures et les lunettes sont également de ceux auxquels chacun, quelle que soit sa condition, devrait avoir accès. Aussi les pouvoirs publics sont-il [ ... ]
La langue des gastronomes

Les mariages des ducs d'York se suivent à la cour britannique sans se ressembler. Marié en 1893, George succédera sur le trône à son père Edouard en 1910. Après sa mort en 1936, la reine Mary s'opposera au mariage de son fils aîné avec Wallis Simpson, dans la lignée du rigorisme monarchique de s [ ... ]