Skip to content
25 francs
06-12-2017
Facebook!  Partager sur Twitter

 

Le 3 décembre 1851, lendemain du coup d'Etat du futur Napoléon III, des députés se rendent sur une barricade proche de la place de la Bastille en vue de parlementer avec la troupe. Les tenants de la barricade les plaisantent : « Croyez-vous que nous allons nous faire tuer pour vous conserver vos vingt-cinq francs par jour ? » lancent-il à propos de l'indemnité parlementaire, jugée insuffisante par les élus et excessive par l'opinion publique. Alphonse Baudin, député de l'Ain, monte sur la barricade et leur crie : « Vous allez voir comment on meurt pour vingt-cinq francs ! »

Et il se prend une balle qui le blesse mortellement.

 

jjsjpeg

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Révolutions

A la demande de son éditeur, Proudhon rédige en 1853-1854 un Manuel du Spéculateur à la Bourse. Une occasion de s'interroger sur les perspectives économiques de l'empire. La France de Napoléon III est en pleine mutation économique. S'avance-t-elle à marche forcée vers la prospérité ou risque-t-elle [ ... ]
Yellow danger

De la Ruée vers l'or au début de la Première Guerre mondiale, 400 000 Chinois et 200 000 Japonais s'établissent aux Etats-Unis. Ils représentent moins de 3% du nombre d'immigrés européens au cours de la même période (26 millions). Mais l'immigration asiatique inquiète. L'expression pér [ ... ]
Victor & Léonie

Le 5 juillet 1845, à l'aube, un commissaire de police surprend deux amants dans une chambre d'hôtel, passage Saint-Roch à Paris, à la demande du sieur François-Auguste Biard, peintre. Sa femme Léonie, née d'Aunet, 25 ans, est en compagnie de Victor Hugo, alors âgé de 43 ans. Au moment d'être arrêt&eacu [ ... ]