Skip to content
1908-1978
27-06-2018
Facebook!  Partager sur Twitter

 
"Sous la IIIe République, le parti abolitionniste sera près de l'emporter après le dépôt, en 1906, d'une proposition de loi de Joseph Reinach et d'un projet du Gouvernement Clemenceau appuyé par le président Fallières qui use systématiquement de son droit de grâce depuis le début de son septennat. Mais la survenance d'un crime affreux, dont l'auteur sera gracié, déclenche l'organisation par Le Petit Parisien d'une campagne puis d'un referendum qui donne une majorité écrasante aux anti-abolitionnistes et pèse lourdement sur les débats parlementaires. Le rejet du projet par la Chambre en décembre 1908 (cf. débat de 1908 à la Chambre des députés) ouvre une longue période de silence.
C'est en 1978 seulement, lors de la discussion du budget de la Justice, que les partisans de l'abolition relancent véritablement l'offensive. Les arguments développés à cette occasion seront repris dans le rapport présenté en 1979, au nom de la commission des lois, par Philippe Séguin sur les propositions de Pierre Bas, du groupe socialiste et du groupe communiste. Ces textes ne seront pas examinés par l'Assemblée mais le débat qu'ils ont permis d'ouvrir préparera et orientera les délibérations de 1981."

 
Assemblée nationale,  Loi du 9 octobre 1981 portant abolition de la peine de mort, Deux siècles de débats à l'Assemblée nationale  

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

         
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

1905

Le sale gouvernement auquel fait référence le journal satirique L'Assiette au beurre à la fin du mois de janvier 1905 est celui que dirige Maurice Rouvier depuis le 24 janvier. Rouvier a succédé à Combes. C'est un grand républicain : il lui reviendra de signer la loi de séparation. Mais Rouvier est aussi si proch [ ... ]
La convention du 13 février 1843

La France et la Grande-Bretagne ont signé le 13 février 1843 une convention pour l'extradition des malfaiteurs. Mais en vertu d'une interprétation extensive de l'habeas corpus, le gouvernement et les juges britanniques s'opposent par la suite systématiquement à la mise en oeuvre des dispositions de l'accord. Bref, qu'ils soient pours [ ... ]
Les rapports franco-italiens

Dans le Corriere della Sera, M. Carlo Delcroix déclare que ce qui sépare l'Italie de la France, ce ne sont pas seulement quelques demandes 'non encore formulées' auxquelles on opposerait 'un refus '. L'Italie est séparée de la France par un véritable 'différend historique'. Les problèmes posés par la nouve [ ... ]