Skip to content
1818
22-06-2019
Facebook!  Partager sur Twitter

 
Pour qui s’intéresse à l’histoire et à la société du XIXe siècle, César Birotteau est un précieux document. En cette « scène de la vie parisienne », le lecteur curieux du tableau offert en 1818 par la capitale peut être comblé. Il y découvre l’image attachante d’un Paris qui n’est plus tout à fait celui de l’Ancien Régime mais qui n’a pas encore sa physionomie moderne. Les détours de l’intrigue le mènent de la sinistre cour Batave au luxueux quartier Saint-Honoré, de l’industrieuse rue des Cinq-Diamants au chantier de la Madeleine, de la Bourse aux boutiques des fameux traiteurs du Palais-Royal. Il voit apparaître ici et là les premières affiches publicitaires, s’étaler le luxe naissant des magasins de nouveautés. Balzac fait défiler sous ses yeux une population aussi variée que pittoresque : petits rentiers et riches banquiers, savants et dandies, grandes dames et usuriers, et même la chronique scandaleuse de l’époque sous sa plume reprend vie avec l’assassinat de « la belle Hollandaise ».

 
Danielle Dupuis, L'Année balzacienne, 2008. 

jjsjpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques Salomon

Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

   
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Certaines promenades imaginaires

Cet ermitage a été souvent décrit depuis Jean-Jacques, et pourtant je tenais à me le décrire à moi-même ; car je voulais emporter des moindres détails un de ces souvenirs précis et complets qui nous permettent de posséder certaines localités comme nous possédons notre propre [ ... ]
Méditez sur ce sommet

Ajoutez à l’ensemble de ce paysage de merveilles l’éternelle présence du mont Blanc, l’une des trois plus hautes montagnes du globe, et ce caractère de grandeur que toute grande chose imprime à ce qui l’environne ; méditez sur ce sommet, qui est bien véritablement, pour me servir de l [ ... ]
Il n’y a plus que des peulvens

Tu ne peux te figurer comme les monuments celtiques sont étranges et sinistres. À Karnac, j’ai eu presque un moment de désespoir ; figure-toi que ces prodigieuses pierres de Karnac, dont tu m’as si souvent entendu parler, ont presque toutes été jetées bas par les imbéciles paysans, qui en font [ ... ]