Skip to content
Curiosités : « Etats généraux de l’intelligence ». La formule ne fait pas référence à une manifestation professionnelle sur la gestion de l’information. A quoi fait-elle allusion ?
31-03-2010
Facebook!  Partager sur Twitter
avec

palio

 

 mad_copy.jpg

  • Le 27 mai 1816, Stendhal fait étape à Auxerre.
 
  • Il loge à la pension « Léopard ».
 
  • Dans la soirée, les habitants de la ville viennent donner une « sérénade » à sa voisine de chambre.
 
  • Celle-ci sort sur son balcon pour les remercier.
 
  • Stendhal monte sur le sien pour observer la scène.
 
  • Le futur auteur de La Chartreuse de Parme dira qu’il avait trouvé là « une figure complètement laide et rien de plus. »
 
  • Mais plus tard, il dira aussi des réunions du salon de sa voisine d’un jour qu’elles avaient constitué les « Etats généraux de l’intelligence » de son époque.
 
  • Réputée à la fois la plus laide et la plus intelligente des femmes en vue de son temps, c’est Germaine de Staël, interdite de séjour à Paris, qui faisait halte à Auxerre.

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

Diagonales

Du grand n'importe quoi

Alors que l'utilisation de l'expression n'importe quoi est stable depuis un siècle dans la littérature française, la formule grand n'importe quoi n'apparaît que de façon épisodique. Selon l'outil Ngram de Google – qui évalue la fréquence relative des mots dans les livres –, nous [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES