Skip to content
Culture FI : « Université, Comédie Française, CNRS ». Où est-on le mieux payé ?
13-05-2012
Facebook!  Partager sur Twitter
avec

 si_largent_mtait_cont_copy_copy.jpg

 

 com_copy.jpg

 

  • Il est sans doute plus difficile encore d’entrer, comme acteur, à la Comédie Française que d’être nommé professeur d’université ou de rejoindre le CNRS.
 
  • Mais les niveaux de rémunération sont voisins et tout aussi complexes.
 
  • Au CNRS et à l’université, les rémunérations intègrent des parties fixes et des primes.

  • A la Comédie Française, elles comportent, tant pour les sociétaires que pour les pensionnaires, une partie fixe, et un complément (les « feux ») variable en fonction du nombre de représentation que l’on assure.
 
  • Les sociétaires perçoivent en sus un intéressement sur le résultat d’exploitation annuel de la maison de Molière, s’il est positif.
 
  • Au total, les plus jeunes pensionnaires reçoivent environ 2 200 euros bruts par mois.
 
  • Les sociétaires les plus anciens se rapprochent de 6 000 euros bruts mensuels.
 
  • Les membres de la troupe n'ont pas le droit de prêter leur image « à des entreprises de publicité commerciale » et ils ne peuvent exercer d’activité extérieure qu’à la condition d’obtenir une autorisation de l’Administrateur général.
 
  • Quelques-uns apparaissent ainsi dans des films.

 

 

 

 

 

Sources : Le Figaro - Le Monde

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

Diagonales

No sex please, we are sociologists !

Dans la langue vernaculaire des sociologues, comparer la situation des hommes et des femmes se dit introduire la variable genre . C'est l'expression que l'on trouve dans les publications lorsqu'il s'agit de classer par sexe. Belle délicatesse. La sociologie, disait Bourdieu, est un sport de combat. On est tenté d'ajouter : à [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES