Skip to content
Culture FI : « Université, Comédie Française, CNRS ». Où est-on le mieux payé ?
13-05-2012
Facebook!  Partager sur Twitter
avec

 si_largent_mtait_cont_copy_copy.jpg

 

 com_copy.jpg

 

  • Il est sans doute plus difficile encore d’entrer, comme acteur, à la Comédie Française que d’être nommé professeur d’université ou de rejoindre le CNRS.
 
  • Mais les niveaux de rémunération sont voisins et tout aussi complexes.
 
  • Au CNRS et à l’université, les rémunérations intègrent des parties fixes et des primes.

  • A la Comédie Française, elles comportent, tant pour les sociétaires que pour les pensionnaires, une partie fixe, et un complément (les « feux ») variable en fonction du nombre de représentation que l’on assure.
 
  • Les sociétaires perçoivent en sus un intéressement sur le résultat d’exploitation annuel de la maison de Molière, s’il est positif.
 
  • Au total, les plus jeunes pensionnaires reçoivent environ 2 200 euros bruts par mois.
 
  • Les sociétaires les plus anciens se rapprochent de 6 000 euros bruts mensuels.
 
  • Les membres de la troupe n'ont pas le droit de prêter leur image « à des entreprises de publicité commerciale » et ils ne peuvent exercer d’activité extérieure qu’à la condition d’obtenir une autorisation de l’Administrateur général.
 
  • Quelques-uns apparaissent ainsi dans des films.

 

 

 

 

 

Sources : Le Figaro - Le Monde

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

Diagonales

Du grand n'importe quoi

Alors que l'utilisation de l'expression n'importe quoi est stable depuis un siècle dans la littérature française, la formule grand n'importe quoi n'apparaît que de façon épisodique. Selon l'outil Ngram de Google – qui évalue la fréquence relative des mots dans les livres –, nous [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES