Skip to content
Culture COM : « N’importe quelle publicité est une bonne publicité ». A qui doit-on cette théorie provocatrice : Charles Saatchi, David Ogilvy, Andy Warhol ?
01-02-2014
Facebook!  Partager sur Twitter
avec

tm.jpg

  com070214.jpg

  • Réponse : Andy Warhol

 

  • C’est à l’artiste Andy Warhol (1928-1987) qu’on attribue ce propos.

 

  • Attention toutefois au contresens : Warhol ne dit pas que tout est publicité.

 

  • Il laisse seulement entendre que dès lors qu’un message relève du statut publicitaire, il est en soi une bonne publicité.

 

  • On retrouve ici un parallélisme avec la problématique de l’art : de même que l’artiste est celui qui érige par son geste même la chose au statut d’objet d’art, le publicitaire est en effet peut-être celui qui transforme par son intervention l’idée en publicité.

 

  • N’est-ce pas précisément la double leçon que Warhol nous donne avec ses boîtes Campbell’s : par un simple accrochage au mur la célèbre soupe de tomate, il la fait accéder à la fois au statut d’œuvre d’art et à la dimension publicitaire ?

 

  • Mais cette performance est réservée aux vrais artistes et… aux professionnels de la publicité.

 

cambells.jpg
 
com070214.jpg
Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

Diagonales

Comment ne pas dire assassin

Quand il s'agit d'évoquer la mort, l'euphémisme est de rigueur. Au lendemain de l'assassinat de Jaurès, les quotidiens parisiens rivalisèrent d'inspiration pour désigner sa disparition : terrible ironie du destin (L'Humanité), circonstances tragiques (Le Figaro), abominable attentat (Le Petit Parisien), triste coïncidence (Le Temps). [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES