Skip to content
Culture COM : Marie-Antoinette appréciait cet abbé. Tout comme, dit-on, Madonna. Par quel miracle ?
09-09-2013
Facebook!  Partager sur Twitter
avec

tm.jpg

 souz4.jpg

  • Il s’agit de l’Abbé Soury (1732-1810).
 
  • Avec l’Abbé Delarue, l’Abbé Soury met au point à l’époque des Lumières une tisane dite « des deux abbés », extraite de plantes médicinales et recommandée pour les troubles de la circulation.
 
  • Au XIXème siècle, un arrière-petit-neveu de l’Abbé Soury commercialise la tisane sous le nom de Jouvence de l’Abbé Soury, d’abord en solution buvable puis sous forme de comprimés.
 
  • La Jouvence de l’Abbé Soury devient très populaire, notamment auprès de la clientèle féminine.
 
  • Disponible également aujourd’hui en gel et en mousse, la Jouvence de l’Abbé Soury est vendue à 500 000 unités chaque année.
 
  • Marie-Antoinette l’appréciait, tout comme Madonna, raconte-t-on.
 
  • Le packaging de la Jouvence a évolué depuis 250 ans, mais l’Abbé Soury est immuable, toujours présent en effigie sur l’emballage, pas même stylisé : en communication, il y a des icônes qui durent.
 
  • Curiosité à regarder : une publicité cinématographique de 1939 pour la Jouvence de l’Abbé Soury.


jouvz.jpg
 
souz4.jpg

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

Diagonales

Loin d'un académisme...

Le monde en général, et celui de l'entreprise en particulier, est (sic) soumis à un environnement changeant, qui plus est en accélération constante. Dans ce contexte mouvant où rien n'est définitivement acquis, la formation par la recherche arme le manager pour prendre le recul nécessaire afin de discerner les or [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES