Skip to content
Culture COM : Marie-Antoinette appréciait cet abbé. Tout comme, dit-on, Madonna. Par quel miracle ?
09-09-2013
Facebook!  Partager sur Twitter
avec

tm.jpg

 souz4.jpg

  • Il s’agit de l’Abbé Soury (1732-1810).
 
  • Avec l’Abbé Delarue, l’Abbé Soury met au point à l’époque des Lumières une tisane dite « des deux abbés », extraite de plantes médicinales et recommandée pour les troubles de la circulation.
 
  • Au XIXème siècle, un arrière-petit-neveu de l’Abbé Soury commercialise la tisane sous le nom de Jouvence de l’Abbé Soury, d’abord en solution buvable puis sous forme de comprimés.
 
  • La Jouvence de l’Abbé Soury devient très populaire, notamment auprès de la clientèle féminine.
 
  • Disponible également aujourd’hui en gel et en mousse, la Jouvence de l’Abbé Soury est vendue à 500 000 unités chaque année.
 
  • Marie-Antoinette l’appréciait, tout comme Madonna, raconte-t-on.
 
  • Le packaging de la Jouvence a évolué depuis 250 ans, mais l’Abbé Soury est immuable, toujours présent en effigie sur l’emballage, pas même stylisé : en communication, il y a des icônes qui durent.
 
  • Curiosité à regarder : une publicité cinématographique de 1939 pour la Jouvence de l’Abbé Soury.


jouvz.jpg
 
souz4.jpg

 

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à REFERENCES (par oomark)
 Email :  
 

Diagonales

L'argent de nuit

A Tokyo, les distributeurs automatiques de billets, gratuits pendant les heures de bureau, font payer une commission en soirée et durant le week-end. Les hypothèses d'explication abondent. Financières : recharger les appareils la nuit et les jours de congés coûterait plus cher qu'en semaine. Morales : l'argent que l'on retire le soir se [ ... ]

LES DERNIERS ARTICLES DES RUBRIQUES