Skip to content
Elyse Avenue s’ancre dans le Sud Ouest
Écrit par fhconseil
Appréciation des utilisateurs: / 0
FaibleMeilleur 
12-02-2007
Facebook!  Partager sur Twitter

 

 

C’est aujourd’hui qu’Alexandre Monereau et son associé Nicolas Lechon ouvriront officiellement la 1ère agence Elyse Avenue de Toulouse dans le quartier très prisé de « La Cote Pavée », une agence vraiment différente...

Après l’implantation de l’Enseigne à Périgueux l’an dernier, Toulouse voit, à son tour, l’arrivée d’Elyse Avenue dans le Sud Ouest. Jeune réseau national d’agences immobilières, Elyse Avenue a déjà séduit de nombreux candidats.

 

 

 

  L’immobilier : un métier séduisant et passionnant

Après des études de droit, Alexandre Monereau découvre par le plus grand des hasards le secteur de l’immobilier. Il apprend le métier, en tant que négociateur, durant deux ans dans une agence immobilière toulousaine. C’est là qu’il rencontre Nicolas Lechon, lui aussi négociateur. L’idée de créer leur propre agence devient vite leur leitmotiv. Après avoir rencontré plusieurs réseaux, c’est en août dernier, qu’ils font connaissance de l’Enseigne Elyse Avenue. Ils sont alors immédiatement attirés par ce concept qui leur permettra de s’installer dans le secteur qu’ils convoitent.
« Nous avons choisi Elyse Avenue pour deux raisons. D’une part le concept appartement change véritablement les relations qui s’établissent entre le professionnel et son client, nous n’avons plus l’impression de travailler dans une banque ! Les gens qui rentrent dans l’agence sont agréablement surpris, ils ne sont pas habitués à cette approche. Certains se demandent même si nous sommes véritablement une agence immobilière. L’aspect convivial casse cette froideur que peuvent avoir certaines autres agences. D’autre part, nous désirions plus que tout être dans le quartier où nous connaissons déjà le marché immobilier et où il y a encore beaucoup à faire. »

 

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
 

Newsletter quotidienne gratuite

 Inscription à EN MÊME TEMPS (par oomark)

Le point de détail

Les habitudes d'une vie tapageuse

L'origine des femmes, se succédant dans la maison de l'Avenue de Suffren, était diverse. Le plus grand nombre venait du quartier latin. D'anciennes danseuses de Bullier et du Prado, des ci-devant habituées de la rôtisserie de la rue Dauphine, auxquelles n'avait point souri la chance, et qui de leur passé d'étudiantes, de leur exi [ ... ]
Un défaut de solidité

Paris a des rues courbes, des rues qui serpentent ; mais peut-être ne compte-t-il que la rue Boudreau, dans la Chaussée-d’Antin, et, près du Luxembourg, la rue Duguay-Trouin, qui figurent exactement une équerre. La rue Duguay-Trouin étend une de ses deux branches sur la rue de l’Ouest, et l’autre sur la rue de Fleurus. [ ... ]
Cette allure équivalente à celle des trains express

La Petite République ne peut masquer son admiration pour les voitures du Paris-Bordeaux de 1899, même si elle qualifie d'« infernale » l'allure de ces bolides dépassant à certains instants une pointe de vitesse à 60 km à l'heure, même s'il considère comme un « abus d'effort » cette allure &eac [ ... ]